Historique

Tow & Blow : la première éolienne réellement portable a été développée par l’expert néo-zélandais le plus éminent de l’industrie éolienne.

Une vingtaine d’années après être retourné en Nouvelle-Zélande, son pays d’origine, et après avoir vécu pendant 8 ans aux États-Unis (où il a étudié les diverses utilisations des éoliennes pour protéger du gel), l’ingénieur néo-zélandais Kim McAulay a commencé à importer des modèles américains vers son pays d’origine.

L’esprit créatif de Kim ne fut pas long à se mettre en ébullition et l’expert se mit rapidement à concevoir ses propres éoliennes. La «Frost Boss» (Reine du gel) est désormais connue dans le monde entier pour ses fonctionnalités innovantes. Kim a commercialisé la « Frost Boss » il y a 5 ans.

Mais le géant de l’éolienne ne s’arrêta pas là !! Au cours de ces 20 années, il avait appris énormément : il décida donc de relever le défi consistant à résoudre divers problèmes et difficultés apparus au fil du temps dans la conception des éoliennes afin de développer une éolienne qui surpasse toutes les machines existantes. Tow & Blow représente aujourd’hui l’aboutissement de toutes ces années d’expérience.

Le plus gros problème identifié par Kim résidait dans l’inefficacité des éoliennes modernes. Les différents degrés d’inefficacité furent révélés par des questions ayant trait à la sécurité. Les éoliennes sont passées du stade où le moteur était fixé au sommet de leur tour (accessible uniquement en grimpant sur une échelle haute d’une centaine de mètres) à celui où il est alimenté par le sol. De gros moteurs diesels fixés au sol sont entraînés par le biais de l’embrayage, des boîtes de vitesse et de longues chaînes cinématiques alimentent les ventilateurs. S’ensuivent un énorme gaspillage d’énergie, une consommation élevée de carburant et une maintenance onéreuse. Kim décrit ce scénario en ces termes : « c’est comme pousser de l’eau en haut d’une colline ».

Exemple de puissance inefficace :                                              

  • éolienne à 4 pales présentée avec une alimentation par le sol de 150CV
  • Les 150CV se réfèrent à une éolienne opérant à 2 500 TPM, mais celle-ci ne fonctionne en réalité qu’à 1 750 TPM.
  • À 1 750 TPM, nous avons alors un peu plus de 100 CV disponibles pour le rotor.
  • Nous devons cependant ensuite envoyer cette puissance à travers un embrayage, une boîte de vitesse à angle droit, puis à une centaine de mètres de l’arbre de transmission et enfin à travers un boîtier de 96 degrés à entraînement de pivotement par vis sans fin.
  • À ce stade, cela laisse environ 70 CV disponibles à l’arbre d’hélice pour faire tourner le ventilateur.
  • Le ventilateur non gainé présente un diamètre d’approximativement 5 mètres. Cette longueur en elle-même et le fait que le ventilateur ne soit pas gainé engendrent une très forte résistance, faisant alors appel à un grand pourcentage des CV restants avant d’être en mesure de générer un flux d’air contre le gel (plus susceptible de se trouver dans la gamme des 40 CV).
  • Cela ne nous laisse donc que 30 CV de puissance utilisable pour produire de l’air. Sachant que le ventilateur souffle contre sa propre tour lorsque celui-ci pivote, le volume d’air s’en trouve encore réduit. On arrive donc, après un rapide calcul, à un résultat final de 20CV de puissance utilisable.
  • Rappelez-vous que nous avons démarré avec 150CV au sol. Le rendement n’est pas du tout efficace.
  • Le rapport officiel annonce un déplacement d’air de 19 m/s. Hors cela ne s’avère exact qu’à un seul point du ventilateur, à l’endroit-même où le ventilateur souffle sur sa propre tour lorsqu’il pivote. Le rapport OPUS montre que la véritable vitesse de l’air atteinte est de 12 m/s en moyenne à travers la pale. Mais cela ne prend toujours pas en compte la perte de vitesse et de volume d’air dûs à l’obstruction de la tour. Les tests ont tous été effectués dans un environnement ne présentant aucun obstacle, sans conduit ni gaine.

Comparez maintenant avec Tow & Blow :

  • vitesse de l’air de 1,8 m/s (bien supérieure aux grands ventilateurs sans gaine entraînés par des moteurs de 150 CV alimentés par le sol).
  • Tow &Blow recourt à un moteur de 23CV avec entraînement par courroie à couplage direct relié au ventilateur.
  • Le moteur tourne à 2 850TPM et la turbine opère à 600TPM.
  • La turbine se compose de 8 pales longues d’un mètre chacune
  • La turbine est montée dans une enveloppe/gaine évasée qui accroît ses performances d’au moins 30%.
  • Elle souffle également loin de la tour de l’éolienne sans rencontrer d’obstacle.
  • Elle consomme 5 litres de carburant par heure. Voilà ce qui s’appelle de l’efficacité !!